vendredi 3 octobre 2008

Laisser parler la musique

Je suis allé voir Beck hier soir, à l'Aragon Ballroom. Il était de passage deux soirs consécutifs à guichets fermés dans cette salle qui peut accueillir jusqu'à 4 500 personnes. Moi qui l'avais vu en septembre 2005 au Centre Bell, je dois dire que j'ai bien plus apprécié la proximité avec l'artiste hier. À mon arrivée tout juste pour la première partie, la salle était loin d'être remplie, ce qui fait que j'ai pu me rendre assez près de la scène.

Parlant de la salle, l'Aragon Ballroom a été construit en 1926 et il ressemble à un village espagnol (son nom vient d'ailleurs d'une province en Espagne). L'endroit est donc bien intrigant quand on y pénètre. Après l'entrée, on parcourt un long corridor, qui se termine au bout par d'immenses escaliers. C'est au deuxième étage que se trouve la partie "ballroom" où se déroule le spectacle. La salle est grande et il n'y a aucune chaises au parterre (quelques places assises se trouvent sur la mezzanine). En plus d'accueillir quelques shows rock, la salle est aussi le lieu de plusieurs événements en langue espagnol, de même que quelques galas de boxe.

À 19h30 presque tapant, MGMT est embarqué sur la scène. Très populaire grâce à son album Oracular Spectacular, le groupe de Brooklyn en était à son deuxième passage à Chicago en quelques semaines, après avoir participé au Lollapalooza. Je les avais vu à ce festival, mais j'avais manqué une partie de leur prestation. Hier, j'ai vu toute leur performance, un solide 40 minutes sans temps mort. En fait, ce n'est pas vrai. Après avoir livré l'énergique Kids, qui a fait bondir la foule, le groupe a dû attendre un bon 3-4 minutes après que le guitariste ait brisé une de ses guitares. Je me demandais d'ailleurs pourquoi la formation n'avait pas terminé sa prestation avec cette chanson, sans conteste la plus populaire auprès de la foule (Time to Pretend étant la deuxième), au lieu de conclure avec une pièce très moyenne. Mais bon, c'était drôle de voir que ce jeune groupe se prenait parfois pour de vieux rockers, avec les longs cheveux dans le vent, et des longs jams à la fin de presque chaque chanson.

Vers 20h45, Beck et ses musiciens se sont ensuite amenés, sous les applaudissement évidents de la foule. Avec son long manteau, ses cheveux longs et son chapeau, on retrouvait le bon vieux Beck, "l'un des artistes les plus originaux et créatifs des 15 dernières années", a mentionné un animateur de radio au micro en présentant le chanteur. Beck s'amène au micro et la première pièce débute... C'est Loser!!! Le premier succès du chanteur, qui date de 1992. Comme si Radiohead débutait ses shows aujourd'hui avec Creep. À ce niveau-là, on s'entend que les Américains risquent de retourner marcher 2-3 fois sur la lune avant que ça ne se reproduise.

Très peu bavard (il a dû s'adresser à la foule 2 ou 3 fois tout au plus), Beck a décidé de laisser parler sa musique. Et il ne s'est pas trompé, enfilant quelques nouvelles pièces de Modern Guilt avec ses plus vieux succès (Devil's Haircut, notamment). Sans conteste l'un des points les plus forts du concert aura été l'interprétation déchaînée de Where It's At. Aussi, pour Hell Yes, j'ai bien ri en voyant tous les musiciens s'amener au devant de la scène avec de petits appareils et reproduire la chanson avec des casques d'écoute.

En tout, rappel compris, Beck aura livré 26 chansons. Avec la très bonne première partie de MGMT, je dois dire que le prix de 40$ des billets était une vraie aubaine.

(il n'y a aucune photo du concert, car les caméras n'étaient pas permises, et mautadit que ça fait du bien de ne pas se trouver entouré de 18 personnes qui essaient de filmer ou photographier le chanteur! bon il y avait tout de même des personnes avec leur cellulaire, mais c'était bien moins pire)

Setlist du show:

1. Loser
2. Nausea
3. Girl
4. Timebomb
5. Minus
6. Mixed Bizness
7. Nicotine and Gravy
8. Que Onda Guero
9. Hell Yes
10. Black Tambourine
11. Devil’s Haircut
12. Soul of a Man
13. Orphans
14. Think I’m In Love
15. Walls
16. Missing
17. Chemtrails
18. The Golden Age
19. Lost Cause
20. I Heard That Lonesome Whistle Blow (Hank Williams cover)
21. Where It’s At

Encore

22. Gamma Ray
23. Leopard-Skin Pill-Box Hat (Bob Dylan cover)
24. Novacane
25. Profanity Prayers
26. E-Pro

2 commentaires:

Rizzz a dit…

CALVAIRE!!! Dire que je vais manquer ca! Il n'y a plus de billets de presse et c'est sold out pour lundi. Et ici, en passant, ca coute 60$ le billet, avant taxes et frais! Le dollar américain est pas supposé equivaloir notre dollar?

I Heard That Lonesome Whistle Blow, shiiiiiit, j'adore cette chanson, fuck, je vais acheter un billet d'un scalper!

Raphaël a dit…

Oui le dollar américain est pas mal pareil comme le dollar canadien. Donc c'était une méchante aubaine!

Mais même à 60$ ça vaut la peine. Essaie-toi certain pour les scalpers.

Pour ce qui est du setlist, j'ai lu que Beck le modifiait pas mal à chaque show, donc ce n'est pas garantit qu'il va rejouer toutes les mêmes tounes.