vendredi 25 juillet 2008

Un lien indissociable

Il y a des oeuvres artistiques qui nous marquent pour diverses raisons. Que ce soit un film, un disque, un livre, un spectacle, on peut être touché par certains aspects parce qu'ils reflètent un état d'esprit dans lequel on se trouve à ce moment-là.

Pour moi, ç'a été pleinement le cas avec Into the Wild.

Reportons-nous à octobre 2007. Je reviens tout juste d'un roadtrip d'un mois en Californie avec deux de mes très bons amis. Je suis porté par plein d'images et de souvenirs. Ce voyage-là, ç'a été la découverte, la liberté et surtout, ça m'a fait réfléchir. D'abord, on a débuté notre périple par un arrêt de 4 jours à Chicago. C'était la deuxième fois que je me rendais dans cette ville et le coup de foudre était toujours aussi présent. Aussi, tout au long du voyage, je me suis rendu compte à quel point j'aimais découvrir de nouveaux lieux, vivre quelque chose de différent de l'habituelle routine.

Puis au bout de presque 13 000 kilomètres, on est rentrés à bon port. Quelques jours plus tard, d'après les judicieux conseils d'un ami, je me suis rendu voir le film Into the Wild. Paf! Ça m'a frappé en plein visage. J'ai rarement été interpellé comme ça en voyant un film.

Pour ceux qui ne connaissent pas, Into the Wild raconte l'histoire véridique de Christopher McCandless, un jeune Américain au début de la vingtaine qui a décidé un beau jour de tout laisser pour partir seul vers l'Alaska. Réalisé par Sean Penn, le film est visuellement superbe. L'interprétation d'Emile Hirsh est poignante, tandis que la musique d'Eddie Vedder est souvent bien touchante.

Ce que fait le personnage dans le film est très extrême, j'en conviens. Je ne ferais jamais le trip qu'il a fait. Je ne partirais jamais sans aucun sou avec moi (il a donné ses économies de 24 000$ à Oxfam), ni tout seul avec un sac à dos dans le bois. Probablement parce que je n'y survivrais pas plus de deux semaines! Mais sans partager la quête de liberté sauvage du jeune homme, je me suis rendu compte que j'avais le même désir de découverte, de changer un tant soi peu mon quotidien.

Quelques jours plus tard, je m'achetais des billets pour une semaine à Chicago en janvier. Je me disais que si j'étais pour déménager là-bas, il faudrait au moins que je vois la ville en hiver. La semaine avant mon départ, je me suis procuré la trame sonore d'Into the Wild. J'étais prêt pour une semaine de réflexion en sol américain.


Rendu sur place, je me suis promené et promené. Je me suis demandé si je voulais, et si j'étais prêt, à faire ce move. Finalement, la dernière journée avant mon départ pour Montréal, je suis allé marché sur le bord de l'eau. Je me suis arrêté au point où l'on peut voir le mieux possible le centre-ville. Là, j'ai mis la pièce "Guaranteed", je me suis laissé transporter par la brise du lac Michigan et j'ai fixé les énormes buildings au loin. "Oui, c'est ici que je déménage cet été. Je m'en viens vivre à Chicago", que je me suis dit.

À mon retour, j'ai commencé la lecture d'Into the Wild, le roman de Jon Krakauer qui a inspiré le film de Penn. Et bien que j'aie adoré le long métrage, je dois dire que le livre est 10 fois meilleur. Bien plus complet, il nous fait comprendre encore plus les motivations du jeune homme. Si vous n'avez pas vu le film, ni lu le livre, je vous conseille fortement de voir le film en premier. Par la suite, le livre s'avèrera un excellent complément.

Cet été, on devait être au mois de juin, je préparais tranquillement mes bagages en vue du gros déménagement qui m'attendait. Je m'en vais sur le net et je vois un article qui attire mon attention. On y annonce qu'Eddie Vedder donnera deux concerts à Chicago au mois d'août et qu'il y jouera des pièces d'Into the Wild. C'est comme trop beau pour être vrai!

Pour moi, comme vous venez de le lire, Into the Wild et Chicago sont indissociables l'un de l'autre. Le premier a grandement influencé ma décision de déménager vers le deuxième. Vous comprendrez donc qu'aller voir un spectacle d'Eddie Vedder qui chante la musique d'Into the Wild, à Chicago, c'est une très belle façon de boucler la boucle!

Le plus beau là-dedans, c'est que ma soeur sera de passage à Chicago à ce moment-là. (elle avait déjà prévu venir à la fin août avant même de savoir qu'il y aurait ce spectacle). Je crois que nous allons passer une très belle soirée.

4 commentaires:

Aurélie a dit…

Ah ça c'est certain que l'on va passer une belle soirée!!
Moi je vais aussi passer un beau voyage avec le livre d'Into the wild que tu m'as donné en cadeau et que je garde comme livre de voyage.

Jean-Philippe Martin a dit…

Je suis jaloux! Vous allez tellement avoir un bon spectacle! Profitez-en pour moi!

Je crois que je vais te copier Aurélie et que je vais m'acheter le livre pour passer toutes les heures d'avion qui m'attendent...

Raph, continue ton blog, c'est super intéressant!

France a dit…

J’suis bien contente de savoir que
tu es bien...

Tu as vraiment l’air de tripper
à Chicago...

C’est vraiment l’fun de te lire...

Je vais écouter le dernier Wolf Parade... j’avais bien aimé le premier...

À plus

France

Anonyme a dit…

J’suis bien contente de savoir que
tu es bien...

Tu as vraiment l’air de tripper
à Chicago...

C’est vraiment l’fun de te lire...

Je vais écouter le dernier Wolf Parade... j’avais bien aimé le premier...

À plus

France